Focus sur la mineure recherche et innovation, une initiation à la recherche - ESAIP
Mineure recherche et innovation

Focus sur la mineure recherche et innovation, une initiation à la recherche

En 4ème année, tous les élèves-ingénieurs ont le choix d’un module complémentaire d’une cinquantaine d’heures (2 semaines) leur permettant de découvrir un secteur d’activité porteur, et d’envisager d’exercer leur futur métier, lié à la majeure suivie, dans ce secteur. Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir la mineure recherche et innovation.

Une initiation au monde de la recherche

Son objectif majeur prévoit une initiation au monde de la recherche scientifique, par une présentation autant du contexte académique que celui des entreprises. Ce panorama donne accès aux renseignements sur les voies possibles d’orientation du projet professionnel. Dans le but du développement des activités de recherche à l’ESAIP, la mineure Recherche-Innovation est également l’occasion d’encourager les étudiants dans la poursuite d’études vers un doctorat.

Un programme riche et diversifié

– Un aperçu des problématiques actuelles et propres à la recherche scientifique, pour les domaines des majeures proposées à l’ESAIP dans les deux spécialisations de formation, le Numérique et la Gestion des risques et Environnement, par les référents des majeures.

– Des interventions sous la forme de conférences dont les sujets de cette année étaient les suivants :
+ « Développement et modification des piles à combustible microbiennes pour le traitement des polluants », par Mehri SHABANI, Enseignant-chercheur en Économie Circulaire et Environnement à l’ESAIP,
+ « Mise en place des systèmes d’auto adaptation d’un réseau d’antennes pour les objets connectés », par Sofiane HAMRIOUI, Enseignant-chercheur en Cybersécurité et IoT à l’ESAIP,
+ « Les phénomènes non linéaires pour des applications des bi-stabilités optiques », par Georges BOUDEBS, Enseignant-chercheur à l’Université d’Angers et membre du Laboratoire de Photonique d’Angers.

Des témoignages sont apportés afin d’expliquer aux étudiants le parcours d’un doctorant et des professionnels dans le domaine de la recherche. Cette année, les étudiants ont bénéficié de témoignages d’Amine MANGACHE (Master 2 à l’UCO, Stagiaire au CERADE), Abderrazzaq MOUFIDI (Doctorant au LARIS et CERADE), Cécile MEZIERE (Ingénieure d’études et Responsable de la prévention des risques au MOLTECH-UA) et ont visité les laboratoires GAP, UFR Sciences-UA, LPHIA, UFR Sciences-UA, LARIS, Polytech Angers-UA.

Cette période est aussi mise à profit pour étudier à travers un travail de groupe, la prospection des sources bibliographiques nécessaires pour tout mémoire avec des aspects scientifiques et technologiques de pointe en lien avec le métier d’ingénieur ou bien pour la découverte des nouveaux sujets d’intérêts scientifiques.

Un focus spécifique est fait sur les acteurs et la communication en recherche ainsi que sur les formats des articles scientifiques, les similitudes et les différences en fonction des domaines d’études. Un apprentissage est proposé sur l’utilisation des indicateurs de la bibliométrie ainsi que l’exploration des bases de données qui recensent les articles scientifiques. 

Ils témoignent

Maxence BOUCHET (CPGE PT), Marie DAUVER (CPGE ESAIP), Clémence FILLON (CPGE ESAIP), Lorraine JOSSINET (CPGE ESAIP), Sara LARHRIB (DUT GTE) – élèves-ingénieurs en GRE : « Pour finir notre quatrième année en Gestion des Risques et Environnement (GRE) nous avons eu l’opportunité de sélectionner une mineure pour acquérir des connaissances dans un secteur d’activité. Notre choix s’est porté sur la mineure Recherche et Innovation. Nous avons fait ce choix car nous avions différentes attentes et ces domaines nous intéressent pour notre futur professionnel. Nous voulions en savoir plus sur les différents métiers de la recherche et comment y parvenir. Nous ne connaissions pas forcément les différentes manières pour faire de la recherche ou de l’innovation. Nous avons aussi acquis des connaissances, nous avons appris notamment sur les parcours des chercheurs avec le programme CIFRE. Cette mineure nous a également apporté une vision plus nette du monde de la recherche, sur le fonctionnement du milieu professionnel et des sujets en lien avec notre formation. Cette mineure nous aura permis d’avoir une vision concrète de ce qui est attendu pour devenir chercheur et de se représenter les métiers du milieu de la recherche à travers les différentes visites et les intervenant(e)s. Nous avons pu discuter avec des thésards et cet échange nous a permis de comprendre le quotidien, les difficultés, les ambitions de chacun. »

Nathan HUMBERTCLAUDE (BTS SIO) – élève-ingénieur en IR : « Contrairement à certains, je n’étais pas spécialement attiré par le monde de la recherche mais celui-ci semble me correspondre car je suis curieux et j’aime comprendre le monde qui m’entoure. Issu d’un BTS je n’ai pas eu l’occasion de réaliser un vrai projet scientifique même si la méthodologie qui lui est propre est parfois réutilisée dans le domaine scolaire. Mon projet professionnel n’est pas défini, c’est pourquoi je ne rejette pas l’hypothèse de faire un doctorat. Ces deux semaines de découverte m’ont permis d’en apprendre plus sur la recherche, un domaine que je connaissais très peu. Certains aspects du métier m’attirent plus que d’autres. En effet, j’aimerais pouvoir me déplacer à l’international et participer à l’évolution du monde dans mon futur métier. J’ai l’opportunité de réaliser mon stage de 4ème année avec le CERADE ce qui va me permettre d’avoir un avis plus concret sur le métier. Je souhaite également effectuer mon stage à l’international avec un doctorant en biologie sous-marine. Si ces expériences sont satisfaisantes, j’aimerais poursuivre dans le domaine de la recherche via mon PFE et un éventuel doctorat. »