Témoignage : Clément, étudiant déficient visuel

Clément Boussiron, étudiant déficient visuel, est en 2ème année du cycle préparatoire ESAIP, il rejoindra l’an prochain la filière Ingénieur du Numérique. Ce qui le distingue des autres étudiants dans les couloirs du campus, c’est Féria, son labrador, qui le suit partout pour le guider dans son quotidien. Clément est né déficient visuel mais depuis son plus jeune âge, ses parents se sont battus pour qu’il suive une scolarité « normale » avec les élèves voyants.  Ce qu’il retient de ces années ? La nécessité de s’adapter et de rester motiver. Il ne cache pas non plus le rôle crucial de ses parents dans cette réussite.

Le numérique : une vocation !

Je veux faire ce que j’aime et non ce que mon handicap devrait me dicter. On oriente souvent les déficients visuels vers le métier de kiné, de musicien ou une filière littéraire. Hors de question pour moi ! Et ce n’est pas parce que je suis non voyant que je veux faire de l’informatique, c’est vraiment un choix.

De quoi as-tu besoin pour étudier ?

Au lycée, l’éducation nationale me prêtait le matériel pour lire et écrire mais après le bac j’ai dû le restituer.

Quand j’ai intégré l’ESAIP il a fallu acheter un « bloc notes » (clavier braille – photo ci-dessous) pour lire les documents des enseignants, prendre les notes de cours et faire les contrôles. Il m’en faut deux en réalité car le 1er ne permet pas de suivre les cours de maths et le second n’est pas compatible avec Linux (système d’exploitation au même titre que Windows qui est utilisé en informatique). Le budget total dépasse les 15 000€ car il faut aussi ajouter 1000€ de logiciels. Une partie a été remboursée par l’Etat avec la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) et le fonds de compensation géré par les Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH).

Tu as remporté la Bourse FEDEEH Sopra Steria de 1750€ !

Oui ! C’est Omar Hebbar, le Responsable de la Vie Étudiante de l’ESAIP, qui m’a donné l’information. Les Bourses FEDEEH sont financées par des entreprises partenaires pour des jeunes handicapés. Sopra Steria, leader européen de la transformation numérique, est l’une d’entre elles.
La candidature n’était pas compliquée. Il s’agit d’une inscription en ligne où j’ai présenté mon parcours, mes objectifs professionnels et mon besoin en termes de matériel pour pouvoir suivre mon cursus à l’ESAIP.

Ton projet pro ?

J’ai fait mon stage de cycle préparatoire chez V-Technologie sur l’accessibilité des sites web de l’administration. Cela a été une très bonne expérience mais je sais maintenant que je ne souhaite pas rester dans la sphère du handicap. Je préfère la cybersécurité et les objets connectés ! Mais bon, pour la spécialisation, j’ai encore 2 ans. 🙂